QUELLES SONT NOS MOTIVATIONS ?

Dans les années 90, le mouvement « Ragga-Hip-hop », d’origine jamaïquaine et américaine, avait beaucoup marqué une grande partie de la jeunesse africaine. Plus tard, vers les années 1995, on a vu apparaître de jeunes groupes de rap et raga africain sur la scène internationale tels que : PBS, DAARA J, DJOLOFF, KAMIT, RAGE, PEE FROISS et des milliers d'autres artistes. Aujourd’hui la plupart de ces groupes ont disparu de la scène musicale certains d’entre eux voient leurs activités baisser considérablement.

Toutefois, il existe quelques rares groupes qui s’accrochent avec beaucoup de difficultés mais finissent souvent par tomber dans la précarité. La plupart des jeunes artistes africains vivent dans la galère et nombreux d’entre eux, condamnés à l’exode, se retrouvent en occident sans titre de séjour. Pendant ce temps, plusieurs artistes hip-hop des USA sont devenus des stars internationales et gagnent considérablement leur vie sur le mouvement culturel qu’ils ont su imposer avec le temps. Fort de ce constat, il est impérieux, pour les artistes africains de la nouvelle génération, de créer leur propre projet culturel, au risque de devenir et demeurer l’ombre d’un mouvement culturel modelé par l’extérieur. Il ne saurait question, pour nous, d’exclure les cultures venant d’ailleurs, mais il nous parait important et légitime de valoriser notre culture à l’échelle du continent et même à l’extérieur, de peur de la voir disparaître face à la puissance médiatique et aux multiples subventions dont bénéficient les projets culturels occidentaux.

Chaque artiste à ses propres spécificités, sa personnalité, son identité culturelle, ses vibrations intimes et sa sensibilité individuelle. Le souci commun est de produire une musique qui est la plus proche possible de notre réalité culturelle afin d’éviter que notre communauté nous tourne le dos, soit parce qu’elle ne s’identifie pas à ce genre musical, soit qu’elle assimile notre produit à une simple copie d’un modèle extérieur.

Le «Afro-Beat», le « Mbalax », le«Zugulu» le «Yeela» etc... ont fait leur preuve d’intégration et de continuité culturelles de nos musiques traditionnelles. Il existe, en Afrique comme du reste à l’extérieur, de jeunes artistes africains très talentueux mais qui sont tous dispersés. Le projet « Laawan » a pour mission de mobiliser toutes ces énergies en voie de disparition autour d’un projet dynamique et novatrice qui s’inscrit dans la marche vers le progrès.

Ainsi, le « Laawan » est un projet culturel panafricain qui agit dans le domaine artistique plus spécifiquement dans la musique. Il s’adresse en priorité à la jeunesse et à la nouvelle génération d’artistes qui veut développer un concept musical à l’identité africaine. Nous avons l'audace d'espérer que cette initiative sera une réussite dans le futur et que les jeunes artistes africains pourront vivre de leur musique malgré le piratage et la voracité de certains producteurs.