MUSIQUE VIDEO BIOGRAPHIE PHOTO  

                                

djoloff lawane

                            
 
                             

DJOLOFF yeurmande

Détails
by laawni 4 years ago
in DJOLOFF SOUND
293 0
1,754 views

DJOLOFF écoute

Détails
by laawni 4 years ago
in DJOLOFF SOUND
306 1
1,773 views

DJOLOFF dieufumam

Détails
by laawni 4 years ago
in DJOLOFF SOUND
424 14
2,281 views

DJOLOFF khessal

Détails
by laawni 4 years ago
in DJOLOFF SOUND
288 0
1,871 views

DJOLOFF ninkylal

Détails
by laawni 4 years ago
in DJOLOFF SOUND
267 1
1,700 views

DJOLOFF métite

Détails
by laawni 4 years ago
in DJOLOFF SOUND
309 0
1,961 views

DJOLOFF sénégal

Détails
by laawni 4 years ago
in DJOLOFF SOUND
230 0
1,592 views

View More

                           
 
VIDEO    

 

 
BIOGRAHIE    
Tassou,   takhourane ou lawane…des mots en wolof qui sonnent bizarres aux   oreilles du mélomane rap non averti. Il s'agit pourtant de traditions de   toasteurs situés non loin du débit rap. Des pratiques issues du   patrimoine séculaire sénégalais que les soldats du groupe Djoloff ont   remis au goût du jour. Dynamique de ressourcement, soutenue sur certains   morceaux par le ngoni à trois cordes de Moriba Koïta, les percus   chaudes de Pape Dieye, la kora de Yacouba Cissoko, sous la bénédiction   artistique du frère Wasis Diop, passé maître es fusion Nord et Sud.   Autant dire que Mbegane, Doudou et Aumar, les trois lascars du groupe,   ont voulu mettre la barre très haute. Débarqués en France il y a   quelques années, ils n'ont jamais voulu se laisser noyer par les vagues   rap ambiantes. Ils ont toujours cherché à cultiver une certaine   originalité, qui tire ses principales forces du bled d'origine. Etre   immigré ne veut aucunement dire s'assimiler. Djoloff vit en région   parisienne mais n'oublie pas ses racines africaines. D'où une certaine   authenticité qui irrigue les dix titres de l'album. Lawane,   titre-emblème de ce nouvel opus, prend sa source dans un chant griotique   dédié aux guerriers. Une missive qui résumerait à elle seule la charge   portée par les textes. Pas de raccourcis racoleurs sur des histoires  de  béton urbain déprimant, pas de clins d'œil faciles non plus à la   banlieue souffrante qui les entoure… Le trio parle de retrouver sa   mémoire déracinée, s'interroge sur l'Afrique des génocides, invoque   Sankara ou Mandela pour mieux vilipender les politiciens sans honneur.   Il parle avec amertume et avec des mots à peine voilés (pour qui connaît   l'histoire du Continent Noir) de ceux qui trahissent : "Le vieux Nègre  a  trop crié sa négritude et au moment où il a fallu secourir son  peuple,  il a oublié ses idées pour une place à l'Académie des Maîtres".  Ils s'en  prennent radicalement à leurs contemporains et à leur lâcheté   intellectuelle : "Le règne des nègres et des vautours a sonné en   Afrique". A méditer ou à écouter en boucle sur l'album, on a le choix.   Djoloff se situe volontiers dans la génération du refus, "à qui on   demande d'assumer seule les conséquences de l'histoire d'un continent".   Discours politique, le rap, quand il sort des querelles ineptes du   show-biz triomphant, sait garder une morale digne de foi, en exprimant   toute sa rage originelle. C'est ce qui explique son succès inattendu   dans l'Afrique des jeunes générations. Le rap libère leurs langues, les   fait tanguer dans des postures qui miment une totale rupture avec leurs   aînés. On ne compte plus le nombre de productions ou d'autoproductions   qui sortent. La scène la plus prolifique demeure cependant celle du   Sénégal d'où viennent les Djoloff, qui y négocient la tête d'affiche   avec Daara-J et Positive Black Soul.  
                            
 
PHOTO    
                                

                            
 
BLOG : FACEBOOK                                          MYSPACE